Les résultats d’une greffe de cheveux après 10 ans

Si vous êtes en processus pour vous faire des implants capillaires, vous devez surement vous poser des questions sur la durabilité d’une telle opération.

En effet, l’intervention nécessite un investissement budgétaire, mais aussi personnelle puisqu’il s’agit d’une opération médicale qui se réalise souvent à l’étranger. L’objectif est donc que cette opération tienne dans le temps, que les résultats soient au rendez-vous sur le long terme !

La réussite de la greffe sur le court terme (premières semaines / mois)

Avant de parler des résultats sur le long terme, il faut que sur le court terme, tout se passe bien. Il faut dans un premier temps qu’il n’y ait pas de rejet de la greffe, et éviter toute infection des greffons qui peuvent remettre en cause le succès de la greffe.

Les consignes post opératoires sont donc très importantes car leur respect influera sur les résultats à court et long terme.

LIRE AUSSI >> Quel shampoing utiliser après une greffe de cheveux ?

Si tout s’est bien passé, entre le 6ème mois et la première année, les follicules repoussent après que les cheveux soient tombés pour se mettre au repos. Fins au début, ils iront en s’épaississant au fil du temps.

La greffe de cheveux après 10 ans : des résultats toujours au rendez-vous ?

Si comme je l’indiquais, tout s’est bien passé et que vos cheveux ont bien repoussé, 10 ans après, le résultat doit encore être au rendez-vous.

Cela s’explique par le fait que contrairement à la zone des golfes, les cheveux sont prélevés à l’arrière du crâne. Dans cet endroit, les follicules sont programmés pour mieux résister à l’hormone qui provoque la chute des cheveux.

C’est pour ça qu’on voit souvent une calvitie sur le haut et le devant du crâne, mais qu’il reste souvent des cheveux sur l’arrière de la tête.

C’est d’ailleurs pour ça qu’il faut bien que la zone donneuse ne soit pas trop près de la tonsure, ni de la nuque basse. Quand la greffe réussit, les greffons ont la même résistance à l’hormone et tiennent donc sur le haut du crâne, même après 10 ans.

Des greffons qui vieillissent naturellement au bout d’une décennie

Tout comme vos cheveux non implantés, les cheveux greffés continuent cependant de vieillir (après tout, il s’agit de vos cheveux d’arrière du crâne) : cela veut dire qu’ils sont soumis naturellement au blanchiment, voire à une chute de cheveux (les cheveux à l’arrière du crâne peuvent aussi diminuer en nombre au fil du temps).

LIRE AUSSI >> La Hongrie, une alternative européenne à la Turquie pour la greffe ?

10 ans pour les greffons, mais pour le reste des cheveux ?

Ce qu’il faut en revanche prendre en compte, ce sont les zones non greffées : en fonction de la zone d’implantation choisie, le reste des cheveux peut continuer à tomber naturellement.

C’est pour ça qu’à mon avis, quand on délimite la zone à greffer, on peut aussi observer l’implantation capillaire de son père afin de prendre en compte l’aspect génétique et l’évolution potentielle de la chute de cheveux pour mieux orienter ses choix de greffe.

D’ailleurs, même sur la zone greffée, il peut rester des cheveux naturels qui s’en vont au fur et à mesure, ce qui désépaissit la zone greffée visuellement, même s’il ne s’agit pas des greffons.

Quand c’est le cas, il n’y a généralement pas de cicatrices apparentes de la greffe.


Bon à savoir

Les médecins recommandent souvent d’attendre la fin des changements hormonaux pour effectuer ses implants capillaires afin d’éviter l’apparition de nouvelles zones de calvitie après plusieurs années.

On parle alors de stabilisation : il peut s’agir d’une opération après 60 ans, d’un historique familial propice (pas de dépassement de norwood 3 dans ses proches), ou encore d’une médication pour stabiliser et réduire la chute.


Une deuxième intervention, 10 ans après

Si le médecin fait correctement sont travail, il prendra en compte l’évolution potentielle de la chute de cheveux (même s’il n’est pas devin).

Il évitera d’abaisser la ligne frontale, mais aussi de mettre tous les greffons de la zone donneuse sur l’avant, ce qui pourrait créer des trous si le reste de la chevelure continue à se parsemer.

Cela permet également ensuite une deuxième intervention quelques années plus tard pour combler les manquements sur le reste du crâne.

Le mode de vie impacte le résultat de la greffe sur le long terme

Pour conserver les bénéfices de l’implant capillaire le plus longtemps possible, sa manière de vivre doit aussi être revue pour maximiser les effets.

Les addictions : tabac et alcool, néfaste pour les greffons

De même qu’ils sont connus pour leur effet néfaste sur la santé, le tabac et l’alcool sont aussi des ennemis capillaires. Dans le cadre d’une greffe de cheveux, les toxines des cigarettes et de l’alcool peuvent entraîner un vieillissement plus rapide et une chute des follicules pileux.

L’exposition au soleil et l’effet des UVs sur les cheveux

Les UVB et UVA endommagent aussi les cheveux en les rendant cassants et secs (qu’ils s’agissent de vos cheveux naturels ou greffés).

Seulement, ils peuvent aussi altérer les cuticules, c’est pourquoi le bronzage en cabine ou les longues expositions au soleil sont à proscrire. Le chapeau peut aussi être une bonne solution !

Une alimentation saine pour la santé du cuir chevelu

Pour avoir de beaux cheveux post greffe et éviter toute carence, je vous recommande d’adopter une alimentation équilibrée, avec des aliments contenant de la vitamine K, du fer ou encore des acides aminés. La graisse n’est pas terrible car cela ne permet pas une bonne oxygénation du follicule.

Pour continuer sur la bonne hygiène de vie, le sport permet une bonne oxygénation du sang et donc du cuir chevelu, et le stress provoque une production de cortisol négative pour le cuir chevelu.

Les soins et produits capillaires

Si certains soins naturels sont très bons pour la pousse des cheveux (lait de coco, huile de ricin, levure de bière, etc.), il est déconseillé d’appliquer des produits colorants qui abîment la fibre capillaire. Idem pour les produits à forte chaleur, les défrisages, etc. On essaie de rester naturel !

A noter : certains médicament luttant contre la maladie de Parkison, l’hypertension, les chimios, etc peuvent impacter le résultat de la greffe de cheveux.

Où se faire sa greffe de cheveux ?

Comme je l’évoquais en préambule, vous pouvez faire votre greffe en France (à Paris par exemple), mais l’étranger n’est pas en reste en termes d’offre d’implants (notamment la greffe de cheveux Turquie qui est très connue, ou encore en Hongrie).

LIRE AUSSI >> La Turquie, un pays reconnu pour sa spécialisation dans les implants !

Et vous, quel a été votre résultat après 10 ans de greffe ? En êtes-vous toujours satisfait ?


 

En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour récolter des données statistiques anonymes.